L’AVC qu’a subi Jacques Demers, il y a quelques jours, a ébranlé bien des gens, particulièrement ceux qui ont vécu de près, et même de loin, ce drame. Car c’est de cette façon que l’on peut qualifier l’AVC puisqu’on parle dans tous les cas d’urgence médicale.

Un AVC est une perte soudaine de la fonction cérébrale. Elle est provoquée par l’interruption de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau (AVC ischémique) ou par la rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau (AVC hémorragique). L’interruption de la circulation sanguine ou la rupture de vaisseaux sanguins provoque la mort des cellules cérébrales (neurones) de la région affectée.

Plusieurs personnes annuellement viennent chez IRM Québec pour un suivi régulier ou pour un dépistage préventif. L’IRM permet de localiser avec précision la zone mal irriguée. Par ailleurs, on peut procéder à l’injection d’un produit de contraste qui permettra de mettre en évidence la qualité de l’irrigation sanguine au niveau cérébral. En superposant cette image à celle de l’IRM, on pourra parfois localiser une zone plus sombre correspondant au tissu cérébral « récupérable ». La dissolution rapide du caillot pourrait ainsi permettre de restituer l’apport en oxygène et en éléments essentiels au tissu mal en point.

Prompt rétablissement Monsieur Demers!

457d1486-d5b3-45ad-9c75-3d2de8e67206_ORIGINAL

 

Source : http://www.journaldemontreal.com/2016/04/13/reconnaitre-les-signes-dun-avc

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*


You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>