Nous vous invitons à consulter cet éditorial paru dans l’une des publications de la Canadian Urological Association.

On y lit, entre autres:

«Selon ces données et d’autres informations provenant d’études émergentes ou récemment publiées, l’IRM devrait devenir un élément central des interventions visant à établir le stade de la maladie dans les cas récemment diagnostiqués de cancer de la prostate.  En Angleterre, où l’IRM est utilisée dans de nombreux centres et coûte relativement peu cher, cette technique est graduellement devenue partie intégrante des examens de routine chez les nouveaux cas de cancer. Pour en arriver à ce point au Canada, un important remaniement des ressources doit avoir lieu. Pour le moment, il n’est tout simplement pas possible de faire passer une IRM à tous les nouveaux cas de cancer de la prostate dans la plupart des régions du pays. Des efforts concertés seront nécessaires pour atteindre cet objectif.»

Lire l’article complet >
Capture d’écran 2015-11-10 à 16.18.00

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*


You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>